Accueil thématique

Dossiers


Recherche personnalisée


Vidéos
PNDES : Ouagadougou veut convaincre pour financer son développement



Abonnez-vous!
La lettre d'information du Gouvernement


Sites Publics

 Présidence du Faso
 Assemblée nationale
 LegiBurkina
 Archives du site du Premier Ministère
Accueil > À la une > Acutalités > Premier Ministère > Lutte contre le terrorisme : Vers le renforcement de la coopération entre le (...)

Lutte contre le terrorisme : Vers le renforcement de la coopération entre le Burkina Faso et la Tunisie

mercredi 12 juin 2019

La coopération bilatérale entre le Burkina Faso et la Tunisie était au cœur des échanges entre le Premier Ministre, Christophe Joseph Marie DABIRE, et son homologue tunisien, Youssef CHAHED, ce mardi 11 juin 2019, à Genève en Suisse. Il ressort de cette rencontre que les deux pays envisagent de renforcer leur coopération dans plusieurs domaines que sont la sécurité, la santé, l’enseignement, etc. Une rencontre qui s’est tenue en marge des travaux de la 108eme session de la Conférence Internationale du Travail (CIT) que la Confédération helvétique abrite.

Depuis 1964, date de l’établissement des relations diplomatiques entre le Burkina Faso et la Tunisie, la coopération bilatérale entre les deux pays est au beau fixe.

La preuve a une fois encore été donnée, à la faveur d’une audience entre le Premier Ministre, Christophe Joseph Marie DABIRE, et son homologue tunisien, Youssef CHAHED, ce mardi 11 juin 2019 à Genève en Suisse, en marge des travaux de la 108eme session de la Conférence Internationale du Travail (CIT).

A cette occasion, les deux Chefs de Gouvernements ont passé en revue les relations bilatérales entre leurs deux pays, avec un point d’honneur au renforcement de certains domaines de cette coopération, à l’instar de la sécurité, plus particulièrement de la lutte contre le terrorisme.

« La lutte contre le terrorisme est le nouveau défi du moment. La Tunisie a vécu cette situation, il y a quelques années. Aujourd’hui, elle a une certaine expérience dans la lutte contre le terrorisme qu’elle peut partager avec le Burkina Faso. Mon homologue nous a rassuré de la volonté de son pays à faire en sorte que les difficultés que nous connaissons aujourd’hui puissent reculer », a expliqué le Premier Ministre burkinabè.

Par ailleurs, il a aussi indiqué que cette relation bilatérale qui progresse, va se renforcer dans beaucoup de domaines comme la santé, l’éducation, les deux pays ont convenu d’intensifier leurs relations au bénéfice des deux peuples.

« La Tunisie est disposée à nous accompagner particulièrement dans les domaines de l’enseignement supérieur, de la santé où nous avons définis des créneaux dans lesquels nous pouvons continuer de travailler », a dit Christophe Joseph Marie DABIRE.
Le Premier Ministre tunisien, Youssef CHAHED, a abondé dans le même sens que son homologue burkinabè.

En effet, il a déclaré que lors de ces échanges, les deux pays se sont réjouis de l’excellence de leurs liens d’amitié, notamment dans les domaines de la lutte contre le terrorisme, le crime organisé et l’immigration illégale, qui sont des défis communs sur lesquels le Burkina Faso et la Tunisie vont coopérer davantage.

Pour lui, le Burkina Faso est « un pays ami et pays frère pour la Tunisie ». C’est la raison pour laquelle, les deux pays ont des échanges « très importants » depuis quelques temps, concrétisés par la visite d’amitié et de travail qu’il a effectué au Burkina Faso en 2017.

Et Youssef CHAHED d’insister : « Les relations politiques sont excellentes entre nos deux pays. Nous souhaitons renforcer un peu plus nos échanges au niveau commercial, au niveau de l’accueil des étudiants Burkinabè vers la Tunisie et au niveau de l’amélioration des conditions d’évacuations sanitaires des patients burkinabè vers la Tunisie, c’est-à-dire faire un échange gagnant-gagnant entre nos deux pays ».

A l’entendre, le Burkina Faso et la Tunisie comptent aussi développer leurs échanges dans le domaine des affaires.

« Il y a énormément d’opportunités à exploiter dans les prochains mois. Nous sommes vraiment très contents du niveau de coopération entre nos deux pays aujourd’hui. Il ne reste plus maintenant qu’à développer davantage les relations économiques et commerciales au bénéfice de nos deux peuples », a-t-il souhaité.

DCI/PM

Version imprimable