Accueil thématique

Dossiers


Recherche personnalisée


Vidéos
PNDES : Ouagadougou veut convaincre pour financer son développement



Abonnez-vous!
La lettre d'information du Gouvernement


Sites Publics

 Présidence du Faso
 Assemblée nationale
 LegiBurkina
 Archives du site du Premier Ministère
Accueil > À la une > Acutalités > Premier Ministère > Chambre de Commerce et d’Industrie du Burkina Faso : Le Bureau consulaire (...)

Chambre de Commerce et d’Industrie du Burkina Faso : Le Bureau consulaire félicite le Premier ministre pour sa nomination

mardi 9 avril 2019

Le Premier ministre, Christophe Joseph Marie DABIRE, a reçu en audience le Bureau consulaire de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Burkina Faso (CCI-BF), ce lundi 8 avril 2019. Le président Mahamadi SAVADOGO et sa délégation sont venus félicités le Premier ministre pour sa nomination à la tête du Gouvernement mais également lui ont fait part d’un certain nombre de préoccupations du secteur privé burkinabè.

Après avoir félicité le Premier ministre pour sa nomination à la tête du Gouvernement, le Bureau consulaire de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Burkina Faso (CCI-BF) a profité de cette audience pour lui soumettre quelques doléances du secteur privé.
Selon le président de la CCI-BF, Mahamadi SAVADOGO, ces doléances concernent, entre autres, l’amélioration continue du climat des affaires, la prise de textes pour la réglementation du commerce et de l’industrie au Burkina Faso.

« Ensuite, avec la reprise des relations avec la Chine-Pékin, nous avons exhorté le Gouvernement à prendre des textes pour nous permettre d’exercer librement le commerce entre le Burkina Faso et la Chine-Pékin, notamment la reconnaissance de nos produits d’exportation au niveau de la Chine. Je veux parler de certificats qui nous permettront l’exportation de produits du cru et autres vers la Chine-Pékin », a-t-il ajouté.

A toutes ces doléances, le président de la CCI-BF a précisé que Christophe Joseph Marie DABIRE a eu une oreille attentive et qu’il a promis de recevoir le Bureau consulaire, dans un bref délai, pour une séance de travail à l’issue de laquelle une décision adéquate sera prise.

Les échanges ont aussi porté sur la situation qui prévaut au niveau du Ministère de l’Economie, des Finances et du Développement (MINEFID) où un mouvement sans revendication claire et sans paternité d’un syndicat est observée depuis quelques temps avec une difficulté pour les contribuables de s’acquitter de leur devoir fiscal.
Sur ce sujet, de l’avis de M. SAVADOGO, le Premier ministre a rassuré le Bureau consulaire de la CCI-BF que le Gouvernement y travaille pour qu’une solution soit trouvée dans les jours à venir.

A une question des journalistes ayant trait à une probable importation de riz de mauvaise qualité au Burkina Faso, le président du Bureau consulaire s’est voulu intraitable en soutenant « que celui qui importe du riz de mauvaise qualité peut être qualifié de malfrat et non de commerçant ».

« Qui dit commerçant dit celui qui lui-même gère un personnel et une famille. Si vous vous retrouver à importer du riz pour les empoisonner cela veut dire que vous vous tuer vous-même. Je ne pense pas que ce soit de vrais commerçants qui s’adonnent à ce genre d’opérations », a-t-il expliqué.
Et de poursuivre : « Nous travaillons au niveau du Bureau consulaire pour aider le ministère du Commerce, à travers ces différentes brigades qui se mettent en place pour combattre ces mauvaises pratiques ».

DCI/PM

Version imprimable